top of page

     "L'auteur nous embarque dans le parcours initiatique de son personnage principal Charlie, de son écriture impressionniste et poétique, entre la réalité souvent cruelle, et le rêve salvateur.

Récit cinématographique, on se projette rapidement le film que pourraient réaliser Caro et Jeunet. Récit littéraire également, qui atteint sa quintessence dans la nature sauvage, lors de l’union aux dimensions panthéistes entre Charlie et  la jeune femme Eva.

Le lecteur est rapidement captivé par les aventures du jeune héros, et sa quête éperdue pour atteindre son rêve, dans une intensité et une tension qui nous tiennent en haleine jusqu’au dénouement.

Bernard Touati dépeint avec empathie et humanité ses jeunes héros, enfants abandonnés, laissés pour compte d’une société où les adultes hostiles et dépités peinent aussi à survivre, dépossédés de tout idéal qu’ils savent désormais hors de portée.

Dans ce conte initiatique, l’enfance martyrisée et blessée porte malgré tout la lumière et l’espoir, tant que demeureront les rêves…"

- Nathalie L.

     "J'ai lu les Enfants de Libertalia avec beaucoup de plaisir. L'auteur nous tient en haleine et manie le rythme avec brio. Les personnages sont attachants et énigmatiques. On vit avec eux, on souffre avec eux, on se bat avec eux, on voyage avec eux. J'ai bien aimé l'idée de "l'échappée" qui se transmet de l'un à l'autre. Le rêve, l'ailleurs, le possible existent malgré le traumatique le deuil et la solitude. Le récit est très bien construit et l'écriture alterne entre réalisme et poésie. A lire absolument."

- Anne M.

     "Bon et beau roman sur l'enfance blessée. Le jeune héros Charlie, orphelin, s'invente des racines à Libertalia et rêve de voyager jusqu'à Madagascar sur la route de ses racines inventées. Mais dans les institutions et foyers qu'il fréquente, la violence quotidienne le ramène à la réalité de sa difficile condition. Il rencontre Eva, une femme mystérieuse qui va bouleverser son destin. J'ai trouvé ce roman très riche, l'histoire est complexe avec des intrigues secondaires imbriquées dans la principale, de multiples personnages dont les destinées se croisent, s’unissent ou s’écartent, tous attachants et léchés. Dans "Les Enfants de Libertalia", les mondes adultes et adolescents se choquent avec brutalité. J'ai été portée tout au long du livre par la solidité du schéma narratif, les séquences où les dialogues percutent avec talent, et le style très cinématographique de certaines scènes. C'est un livre d'apprentissage prenant et très vivant, à lire absolument!"

- Virginie L.

     "Personnages très attachants, structure solide et cohérente. Les questions de fond sur les violences faites à l'enfance qui sont traitées sont des réalités mises en roman de manière magistrale. Je recommande fortement ce livre."

- Raquel B.

     "En me promenant à la Fnac je suis « tombé » par hasard sur ce livre de Bernard Touati. L’auteur m’était inconnu, mais je l’ai acheté tant le résumé m’a intrigué !! Pour faire court, j’ai adoré ce livre du début à la fin. 

Petite anecdote, s’il en est, je l’ai conseillé à des amis qui l’ont acheté et également adoré. J’aimerais savoir si cet auteur a écrit d’autres ouvrages … " 

- Georges C.

     "Lecteur, arrête-toi, et lis !
Je venais de quitter Arturo, l’adolescent d’Elsa Morante, celui qui quitte Procida, son île natale, et je pensais impossible de m’intéresser à un autre adolescent.
Mais voilà qu’est arrivé Charlie, celui de Bernard Touati. Il m’a embarquée avec lui en deux pages ; j’ai rêvé son rêve, de page en page, d’aventure en aventure, de déception en traîtrise, d’humiliation en cruauté, d’amour en autre amour ; avec lui j’ai aimé Libertalia et j’ai fui ces foyers de l’enfance où le désespoir ne s’éteint jamais vraiment. 
Si Charlie rêve, c’est pour se créer : se créer des origines, des aïeux, un pays, et puis bien sûr tant qu’à se créer un roman familial, autant y aller jusqu’au bout : les ancêtres de Charlie ne peuvent qu’être des pirates, mais pas n’importe lesquels…  Charlie supporte la cruauté, la souffrance, la laideur de ce qui l’entoure grâce à son rêve, son rêve de retrouvailles avec ce qu’il n’a jamais connu. 

Bernard Touati nous donne un fantastique tournis avec Les enfants de Libertalia. Tournis dans les scènes de combats entre gamins cruels, où la boxe a des allures de danse – macabre. Tournis des émotions, quand l’amitié reste le seul sauvetage, quand l’amour se trompe et pourtant se fait, quand la folie veut le meurtre. Tournis encore dans une écriture qui se déploie dans des registres différents, qui ont en commun leur acuité. Touati en une phrase fait sentir la fraîcheur d’une rivière comme l’écrasante atmosphère d’une île du Pacifique ou le vent dans des herbes hautes ; il réussit à établir un suspens digne d’un roman policier dans un livre où la tendresse côtoie le désespoir. Son livre mêle sans jamais nous y perdre le roman initiatique au roman policier. Charlie ouvre les portes de tous les sentiments, aucun ancien adolescent ne pourra éviter de se retrouver en lui, ses coups de gueule, ses coups d’amour, ses coups de haine, comme ses coups de poing. Avec Charlie, Palou, Orphée, Eva, des enfances dévastées s’unissent, cherchent des issues comme l’abeille se cogne à la vitre et se blessent, mais avec une rage de vivre qui fait battre la chamade au coeur du lecteur.

Cette invitation à la lecture du livre de Bernard Touati serait incomplète si elle ne mentionnait l’humour : il est, précieuse antidote, omniprésent dans ce livre pourtant grave ; les garçons perdus sont aussi cruels que drôles. Les filles ? Les femmes ? De la mère à la putain, de la sœur à l’amante, Charlie les aime et les rêve, s’y trouve et s’y perd.
Touati a réussi à écrire un livre extrêmement personnel en touchant à l’universel : de l’enfance meurtrie à l’âge d’homme, quelles transitions rêver ?"

- Marie-Laure L.

bottom of page